Je me déplace à vélo, suis-je un(e) cycliste?

vélo-chaine-1
Objet publicitaire by Gilles Péris y Saborit

Les personnes qui utilisent leur vélo pour se déplacer quotidiennement sont perçues différemment selon les pays. Il y a par exemple une différence entre les Pays-Bas et les États-Unis. Dans le premier, vous êtes une personne qui se déplace à vélo, dans le second, vous êtes un cycliste. 

Lors d’une réunion, un homme originaire d’Amsterdam qui nous présentait les infrastructures et la pratique du vélo dans son pays a soulevé un point intéressant sur la perception des cyclistes. Il expliquait qu’ils sont perçus différemment aux Pays-Bas et aux États-Unis. Je me suis alors demandé quelle était notre perception en France.

Cet homme, après avoir vécu la grande majorité de sa vie aux Pays-Bas, a déménagé en Écosse, puis aux États-Unis. Dans ces deux pays, lorsque ses interlocuteurs apprenaient qu’il s’était rendu jusqu’au lieu de rendez-vous à vélo, ils lui demandaient à chaque fois si c’était un cycliste. Il a eu de nombreuses discussions de ce type :

– Non, je suis venu en vélo
– Oh, tu es un cycliste !
– Non, mais je me déplace souvent à vélo.
– Donc, tu es cycliste. Moi aussi, je fais parfois du vélo le dimanche.

Cet homme expliquait qu’à Amsterdam, il n’avait jamais eu ce genre de discussion. Il ne s’était d’ailleurs jamais demandé si c’était un cycliste. Il se considérait seulement comme un homme qui se déplace à vélo. Lorsqu’on emménage dans un pays étranger, on se confronte à de nombreuses différences culturelles. C’était une des différences qui l’a vraiment marquée. Alors qu’aux Pays-Bas, se déplacer à vélo est tout à fait normal, il est arrivé dans des pays où la population conçoit difficilement le vélo comme un mode de déplacement et le considère davantage comme un loisir ou un sport.

Question-1

Ces discussions l’ont amené à réfléchir sur la définition de cycliste. Si un cycliste est une personne qui fait beaucoup de kilomètres à vélo, qui l’utilise régulièrement et qui aime se déplacer ainsi, alors oui, c’est un cycliste. Toutefois, je ne pense pas que ce monsieur soit réellement un cycliste. À tort ou à raison, je considère que dans le cadre d’une discussion (pas un papier sur les transports) ce mot renvoie au sport. Son vélo ne ressemblant pas à un vélo de course, et lui, ne portant pas de tenue de coureur, seulement un jean et une chemise, c’est juste un homme qui va au travail à vélo.

C’est intéressant de voir ce besoin de mettre une étiquette sur les usagers du vélo alors qu’on ne le fait pas pour les autres modes. Reprenons le dialogue du début et adaptons-le. Une telle réflexion ne vous semblerait-elle pas bizarre ?

– Non, je suis venu en voiture
– Oh, tu es un automobiliste !

– Non, je suis venu à pied
– Oh, tu es un piéton !

– Non, je suis venu en métro
– Oh, tu es un voyageur !

À quoi est due cette différence entre le vélo et les autres modes de déplacement ? Est-ce que cet étiquetage est un indicateur du niveau d’acceptation du vélo en tant que mode de déplacement ?

——–

Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir les prochains articles. C’est par ici ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *