Une semaine d’actualité sur la grève des taxis

greve-taxis Taxis en grève by Force Ouvrière (CC BY-SA)

Retour sur une semaine d’actualité sur la grève des taxis. Mardi dernier, les taxis commençaient une grève pour protester contre la concurrence des VTC. Après une proposition du gouvernement jugée non satisfaisante, les taxis ont décidé de maintenir leur mobilisation. Le jeudi soir, le gouvernement décidait d’ouvrir les négociations avec l’ensemble des organisations de taxis aboutissant à des propositions jugées convaincantes et mettant fin au mouvement. Les VTC et véhicules LOTI répondent…

  • Mobilisation des taxis

Mardi dernier, le 26 janvier, les taxis se mobilisaient en Ile-de-France et dans plusieurs grandes villes pour protester contre la concurrence des VTC. Ils réclament une compensation à la baisse d’activité du secteur et à la chute des prix des licences. Cette baisse qui serait liée au manque de respect de la loi Thévenoud de 2014 qui encadre l’activité des VTC. Ils accusent les voitures de tourisme avec chauffeur de pratiquer la maraude électronique et le stationnement sur la voie publique aux aéroports et dans les gares, deux activités dont les taxis ont le monopole. Ils dénoncent également le détournement des véhicules LOTI, un transport public routier collectif de personnes avec un véhicule de moins de dix places qui ne peut transporter normalement que des groupes d’au moins deux personnes. De manière générale, les taxis se plaignent de l‘insuffisance de contrôles (1) visant à faire respecter la loi.

Tout comme en juin, le mouvement de mardi a été marqué de violences (2). Celles-ci, plus ou moins importantes, viennent entacher un peu plus l’image des taxis.

  • La réponse du gouvernement

À la fin de cette journée de manifestation, le gouvernement a annoncé l’ouverture d’une concertation et la nomination d’un médiateur (3). Celui-ci devra  « faire des propositions pour restaurer l’équilibre économique du secteur et proposer la révision éventuelle des textes législatifs et réglementaires afin de rendre applicables des règles de concurrence saine », a rapporté à l’AFP Ahmed Senbel, président de la Fédération nationale des taxis indépendants. La première réunion aura lieu courant février et le médiateur devra présenter ses propositions dans 3 mois.

  • La réaction des taxis

La proposition du gouvernement ne convient pas aux taxis (4) qui souhaitent des mesures concrètes et immédiates. La consultation lancée par le gouvernement est considérée comme un moyen de gagner du temps. Les taxis lassent de discuter considèrent que c’est l’heure de la mise en place d’actions. Ils espèrent une indemnisation pour faire face à la baisse d’activité du secteur et à la chute des prix des licences. Ils ont donc reconduit la grève.

La grève a pris fin jeudi soir à la suite de négociations entre le Premier ministre et l’ensemble des organisations de taxis (17 en tout). Le gouvernement a annoncé un renforcement des contrôles (5) afin de faire cesser les comportements abusifs des VTC et véhicules LOTI. Il a également apporté des garanties aux taxis quant à l’interdiction des plates-formes de VTC illégales. Une lettre de mise en demeure sera envoyée aux plates-formes concernées pour qu’elles se mettent en conformité avec la loi Thévenoud. Le Premier ministre envisage aussi des aides financières pour les taxis les plus en difficultés.

  • La réaction des VTC

Heetch fait partie des start-ups dans le collimateur du gouvernement qui s’est engagé auprès des taxis à interdire les plates-formes de VTC illégales. Nicolas Colin et Yann Marteil, deux actionnaires historiques d’Heetch, publient une analyse dans Les Échos sur le positionnement contradictoire du gouvernement envers les start-ups françaises de VTC (6). Nombre de décisions visent à limiter leurs actions au profit des taxis, les empêchant de se développer et d’aller jouer dans la court des grands. Pourtant, en parallèle, le gouvernement mène des actions afin de promouvoir la French Tech.

L’association AMT (Alternative mobilité transport) qui regroupe une dizaine de sociétés de transports capacitaires appelle à manifester mardi prochain (7) en réponse au renforcement des contrôles annoncés par le Premier ministre. L’association demande « l’ouverture d’un vrai débat pour une indemnisation des licences de taxis pour pouvoir exister. Cette marche sera ouverte à toutes les corporations du transport, taxis, VTC, et aux consommateurs« . Le président de l’association estime que le gouvernement propose de « la poudre de perlimpinpin » aux taxis, qu’il reporte le problème et que par conséquent dans deux mois il y a aura de nouveau une grève.
Uber a relayé cet appel à manifestation auprès de ses partenaires. Cependant, le mouvement ne fait pas l’unanimité au sein de la branche VTC. L’Unsa SCP-VTC, premier syndicat de chauffeurs de VTC, a appelé à le boycotter, car il estime qu’Uber est responsable de cette « galère » et donc refuse de s’associer à la société dans ce mouvement.

(1) Florence Guernalec, Les taxis veulent la peau des VTC, mobilicites.com, 26/01/2016 — (2)  Grève des taxis : Valls condamne les violences, annonce une médiation, metronews.fr, 27/01/2016  — (3) Le gouvernement lance une consultation pour calmer la colère des taxis, lesechos.fr, 26/01/2016 — (4) Grève des taxis : les syndicats annoncent un troisième jour de mobilisation, lefigaro.fr, 27/01/2016 — (5) Après trois jours de mobilisation, qu’ont réussi à obtenir les taxis ?, lemonde.fr, 29/01/2016 — (6) Nicolas Colin et Yann Marteil, Les taxis ou le double discours de la France sur les start-up, lesechos.fr, 25/01/2016 — (7) Jean Michel Gradt, Uber, VTC, chauffeurs LOTI : la mobilisation s’annonce difficile, lesechos.fr, 30/01/2016

————————

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *