Actualité transport pour la semaine du 29 février au 6 mars 2016

GoogleCar
Early Self-Driving Car by Travis Wise (CC BY)

Accident d’un Google Car — Réouverture de la voie dédiée aux taxis de l’A1 — Les VTC rejettent les propositions du médiateur — Libéralisation de l’autocar: 1er bilan — Une solution pour les abribus parisiens qui n’abritent pas

  • Accident d’un Google Car

Pour la première fois, une Google Car est responsable d’un accident (1) . La voiture autonome est entrée en collision à 3 km/h avec un bus qui roulait à 24 km/h. Il n’y a pas eu de blessé. Cet évènement relance les débats sur la question de la responsabilité et pose des questions sur l’avenir des assurances (2). Il montre également que la voiture autonome n’est pas infaillible. Cette fois, l’accident n’était que des taules froissées, mais un jour il y aura probablement un accident mortel. Comment la population réagira-t-elle à cette situation et quel impact cela aura-t-il sur le développement de la voiture sans chauffeur (3) ?

(1) Pour la première fois, une Google Car responsable d’un petit accident, lemonde.fr, 01/03/2016 — (2) Sandrine Cassini, L’accident de Google Car interpelle les assureurs, lemonde.fr, 02/03/2016 — (3) Adrienne Lafrance, Can Google’s Driverless Car Project Survive a Fatal Crash?, citylab.com, 01/03/2016
  • Réouverture de la voie dédiée aux taxis de l’A1

Le préfet de Seine-Saint-Denis a autorisé la réouverture de la voie réservée aux taxis sur l’A1 (1) dans le sens aéroport-Paris par un arrêté du 29 février 2016. Cette portion de voie créée pour faciliter les trajets entre Paris et l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle était initialement un accord donnant-donnant entre le gouvernement et les taxis. En contrepartie de cette amélioration, les taxis acceptaient les courses forfaitisées pour les trajets entre Paris et les aéroports parisiens. Entre temps, les VTC qui n’ont pas accès à cette voie ont obtenu sa suspension. La réouverture intervient au moment de l’entrée en vigueur (1er mars 2016) de la tarification au forfait pour les taxis.

(1) Thomas Poupeau, La voie réservée aux taxis de retour sur l’A1, leparisien.fr, 02/03/2016
ARCHIVES:
A1: VOIE RÉSERVÉE AUX BUS ET AUX TAXIS / TAXIS, UBER & UBERPOP : LE GOUVERNEMENT DÉTERMINÉ À PERMETTRE LA MISE EN PLACE DE VOIES RÉSERVÉES SUR L’A1 / A1: voie réservée ouverte aux VTC
  • Les VTC rejettent les propositions du médiateur

Suite au mouvement de grève des taxis (1) fin janvier, un médiateur a été nominé ; Laurent Grandguillaume. Celui-ci a la lourde tâche de résoudre le conflit entre les taxis et les VTC. Un mois après sa nomination il présente des propositions (2), mais celles-ci sont loin de convenir aux VTC qui les rejettent en bloc (3).

(1) Une semaine d’actualité sur la grève des taxis, nosdeplacements.com — (2) Conflit taxis-VTC : les propositions du médiateur, mobilicites.com, 26/02/2016 — (3) Elsa Dicharry, Crise des taxis : les VTC refusent le contrôle accru de leur activité, lesechos.fr, 01/03/2016
  • Libéralisation de l’autocar: 1er bilan

6 mois après la libéralisation des liaisons longues distances par autocar, le bilan semble positif (1). 1 300 emplois directs auraient été créés et 1,5 million de passagers auraient été transporté. Par ailleurs, ce mode de transport fait davantage concurrence au covoiturage qu’au train. Lorsque le train est touché, cela concerne les liaisons TER. Cependant, l’Arafer aurait des chiffres contradictoires à ce bilan établi par France Stratégie. Afin d’éviter toute confusion, l’Arerfer a préféré retarder la divulgation de ses données à mi-mars (2).

(1) Lionel Steinmann, Six mois après la loi Macron, 1,5 million de voyages par autocar, lesechos.fr, 29/02/2016 — (2) Marc Fressoz, Libéralisation de l’autocar : le gouvernement dresse un bilan flatteur, mobilicites.com, 01/03/2016
  • Une solution pour les abribus parisiens qui n’abritent pas

Entre 2014 et 2015, JCDecaux a remplacé l’ensemble des abribus parisiens. Bien que très élégants, un certain nombre d’entre eux n’abritent pas de la pluie et du vent pourtant leur fonction première. En effet, pour faciliter l’accessibilité, le vitrage ne couvre pas toute la partie arrière. Grâce à un pan laissé libre, les personnes en fauteuils ou avec poussettes peuvent accéder par l’arrière de l’abribus. Finalement, face aux plaintes des usagers, la Mairie de Paris a décidé d’ajouter un complément de vitrage (1) lorsque cela n’entrave pas d’accessibilité.

(1) Jean-Pierre Robin, Une erreur de conception des Abribus va coûter 150.000 euros à la Ville de Paris, lefigaro.fr, 02/03/2016

————————

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *